L’ABC des Coliques


Par Dre Alix Serapiglia, juillet 2012

Tous les propriétaires de chevaux appréhendent, un jour, de voir leur cheval se rouler de douleur, en colique avec la peur que le problème soit assez sévère pour nécessiter une hospitalisation ou même une chirurgie coûteuse. Soyez rassurés, même si chaque cas de colique doit être pris au sérieux, la majorité sont peu sévère et se ressoudent avec un traitement médical de base. De plus, la mise en place de quelques bonnes habitudes et la prise de simples précautions réussiront à diminuer les chances qu’elles se produisent.

La colique n’est pas une maladie, c’est une manifestation d’une douleur abdominale (mal de ventre). Le plus souvent, les coliques sont d’origine digestive (estomac, intestins) mais il y a aussi plusieurs autres conditions qui peuvent causer une douleur abdominale. Par ce fait, elles ne devraient pas être oubliées dans la liste des diagnostics possibles.

Quels sont les principaux signes que peut démontrer un cheval en colique?

 

 

Parfois, le seul signe que votre cheval peut démontrer lors de colique est qu’il ne semble pas être dans son assiette. Vous êtes la personne qui connaît le mieux votre cheval. Fiez-vous à votre jugement si vous pensez qu’il ne va pas bien.

Quoi faire si son cheval fait des coliques?

IMMÉDIATEMENT :

  1. Enlevez toute nourriture, laisser un peu d’eau. L’ingestion de nourriture ou d’une grande quantité d’eau peut empirer la situation.
  2. Faites marcher votre cheval. En général si votre cheval est debout ou couché calmement, il n’y a pas d’urgence à le faire marcher. Par contre, si votre cheval est agité ou se roule/couche à répétition alors la marche est bénéfique pour le distraire et soulager la douleur. N’épuisez pas votre cheval, laissez-le se reposer entre les marches. S’il est trop dangereux, laissez-le dans son box!
  3. Faites une évaluation de son état général en faisant un examen sommaire.
  • Température rectale :                        °C
  • Couleur des gencives :

□  roses        □  pâles      □  blanches      □ rouge brique       □  violacées      □  jaunâtres

  • Pouls (fréquence cardiaque) :                            battements/minute
  • Respiration :                            /minute
  • Bruits intestinaux :       □  normaux       □  augmentés        □  absents

Notez que la fréquences cardiaque et respiratoire ainsi que la couleur des muqueuses peuvent être réévaluées   aux 30 minutes ou plus souvent si nécessaire.

  1. Notez la quantité de fumier passé ainsi que son apparence. Gardez un échantillon pour votre vétérinaire.
  2. Notez s’il a mangé toute sa ration et si possible combien d’eau il a bue.

 

Vous pouvez utiliser cette liste préparée pour vous permettre de ne rien oublier et pour aider votre vétérinaire à mieux évaluer la situation: – CHEVAL en COLIQUE – CHECK LISTE

 Tableau des valeurs normales des paramètres évalués

Si la valeur des paramètres que vous avez évalués est très différente des normales, et ce à plusieurs reprises, si les signes de coliques persistent malgré la marche ou s’ils augmentent en sévérité n’hésitez pas, appelez immédiatement votre vétérinaire.

EN ATTENDANT LE VÉTÉRINAIRE :

  1. préparez les informations qui seront nécessaires au vétérinaire
  • plan de vermifugation, date des derniers vermifuges ainsi que les sortes utilisées
  • derniers vaccins, dernier râpage de dent
  • si c’est une jument : état de gestation, si c’est un étalon : dernière monte ou dernière récolte
  • antécédents médicaux
  • changements dans la régie (foin/grain/pâturage, exercice, environnement…)
  1. Pensez si référer votre cheval dans un hôpital vétérinaire est une option (colique médicale +/- 2000$, chirurgicale +/- 5000$). Si oui, prenez des dispositions pour qu’un mode de transport soit rapidement disponible si cela devient nécessaire. Souvenez-vous que les coliques nécessitant une hospitalisation ont un meilleur taux de survie lorsqu’elles sont référées TÔT.

ET SURTOUT NE PAS …

… donner de médicament à votre cheval sans en parler préalablement à votre vétérinaire (certains anti-douleurs comme la Banamine peuvent camoufler les signes d’une colique sévère).

… donner d’huile minérale avec un tube nasogastrique (si la procédure est mal faite, l’huile peut se retrouver dans les poumons et causer une pneumonie fatale).

… attendre trop longtemps en pensant que ça va se passer…

… trop faire marcher votre cheval et l’épuiser!

… faire d’examen rectal à votre cheval (vous risquez de causer une lacération rectale).

…vous mettre dans une situation où votre sécurité est en danger.

Quelques conseils pour diminuer les incidences de coliques

 

NOTE : Les conseils cités dans cet article se veulent des conseils généraux qui s’appliquent à des chevaux adultes et sans autres problèmes de santé. Dans aucun cas, ces conseils ne devraient se substituer aux avis et recommandations de votre vétérinaire. Nous vous conseillons fortement de réviser ce document avec votre vétérinaire afin de vous assurer de la bonne compréhension des informations fournies ainsi que de leur adaptation à vos besoins et à ceux de vos chevaux.

Édité par Dr Sophie Morisset, juin 2012.



Laissez un commentaire

You must be logged in to post a comment.